GWEN

GWEN_STUDENTSNom: Gwénola Froment

Âge: 39 ans

Nationalité: Française

Métier: Journaliste

Quand et comment as-tu commencé le yoga ? J’ai démarré le Yoga en août 2005 lorsque je vivais  au Cambodge à Phnom-Penh. Après deux années de pratique d’Iyengar, j’ai découvert l’ashtanga. Un coup de foudre ! Une histoire d’Amour qui ne cesse de me surprendre, de me métamorphoser et de révéler l’être profond dénué des scories du passé qui frétille en moi.

Où trouves-tu l’inspiration pour continuer à pratiquer ? Je reste dans une dynamique d’ouverture et de croissance mais aussi de constance. Le fait de faire partie d’un groupe de pratiquants à la Mysore de Kia à Mysore Yoga Paris stimule et procure au quotidien un bel élan.

Décris ta pratique quotidienne: Je me réveille tôt, entre 5 et 6 heures. Je m’offre quelques kapâlabâti devant ma jolie bougie. Puis je longe le canal Saint-Martin pleine de gratitude avant d’arriver à Mysore Yoga Paris, l’iPod vissé sur les oreilles ! J’assiste Kia une parfois deux fois par semaine. Lors de ces matinées précieuses, j’honore l’espace avec des bougies et de l’encens puis j’installe le yoga shala. J’enchaîne les postures avec un rythme variable. Tout dépend de mon énergie. J’apprends via l’enseignement, la douceur et la précision de Kia. J’observe. Je donne. Je reçois. Je m’énerve aussi parfois ! Je suis présente à moi-même et consciente des limites d’un corps qui est joueur chaque jour. La méditation est aussi un outil merveilleux, elle permet de canaliser mon énergie parfois dispersée et de réduire mon taux d’anxiété lié à un métier instable et à ma nature angoissée.

Où vas-tu pour trouver la paix à Paris ? J’arpente les ponts. Je touche, je palpe, je caresse la vieille pierre du pont-neuf, du pont Louis-Philippe, du pont des Arts… Et je regarde la Seine onduler et chanter la beauté de vivre dans une si belle capitale, malgré des appels réguliers à un ailleurs plus vert. Alors je cultive mon potager intérieur !